Résumé en quelques mots

¬ę¬†The play of the Axe : Medieval Pollaxe Combat¬†¬Ľ de Hugh Knight

http://www.lulu.com/fr/fr/shop/hugh-knight/the-play-of-the-axe-medieval-pollaxe-combat/paperback/product-6526416.html

¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† Dans son Hugh Knightensemble, l’ouvrage est tr√®s int√©ressant √† lire pour appr√©hender la hache noble. Hugh Knight entame sa r√©daction par une longue introduction rappelant les rudiments du combat √† la hache en se basant principalement sur ces travaux au sujet de l’√©p√©e longue selon Lichtenauer. Bon aucune source sur la hache ne pr√©sente pas directement ces informations, mais son analyse est assez r√©aliste.

¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† Il traite √©galement de sa m√©thode d‚Äôentra√ģnement, bri√®vement. Il va tout de m√™me jusqu’√† donner des plans pour fabriquer sa hache ou un mannequin d‚Äôentra√ģnement constitu√© de deux pneus. De quoi bien mettre le pied √† l’√©trier pour qui veux se mettre s√©rieusement √† travailler la hache.

¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† Le plus gros de l’ouvrage est bas√© sur les interpr√©tations de plusieurs sources : Talhoffer, Paulus Kal et surtout le Jeu de la Hache. Le travail est tr√®s s√©rieux et √©taill√© de nombreuses photographies (je n’ai pas compris l’int√©r√™t de toutes d’ailleurs). Il propose des hypoth√®ses intelligentes malgr√© quelques interpr√©tations que je nuancerais volontiers. Les techniques sont regroup√©s, par nature en quatre parties diff√©rentes. Il est juste dommage que ces parties constituent un floril√®ge technique sans trop de recherche pour mettre les diff√©rentes interpr√©tations en relation logique. Il est tout a fait possible de d√©couvrir un r√©el syst√®me martial dans le Jeu de la Hache, mais Hugh Knight n’articule pas son expos√© ainsi.

En quelques mots, pour qui veut travailler la hache, il s’agit d’un ouvrage √† avoir dans sa biblioth√®que et √† ouvrir de temps en temps pour confronter ces id√©es. Mais il ne s’agit pas d’un manuel de travail, et il ne peut en aucun cas se substituer √† la source et √† notre intelligence. Heureusement d’ailleurs, sinon pourquoi continuerait-on √† pratiquer les AMHE ?

s√©parateur roman de la rose¬† ¬ę¬†Rompez les lances ! Chevaliers et tournois au Moyen-Age¬†¬Ľ de S√©bastien Nadot.

Rompez les lances
http://www.amazon.fr/Rompez-lances-Chevaliers-tournois-Moyen/dp/2746714442/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1388488410&sr=8-1&keywords=Rompez+les+lances

On en retient que, dans la pens√©e m√©di√©vale, la joute et le tournois ne dissocient pas le combat √† cheval du combat √† pied. Les bellig√©rants peuvent passer d’une √©preuve √† l’autre, que ce soit de la lance ou de l’√©p√©e √† cheval ou de l’√©p√©e ou de la hache √† pied, en suivant des r√®gles quasi-identiques. Le but le plus r√©curant est, lors d’un affrontement, de placer un nombre de coups fix√© en avance √† son adversaire, 3 coups de lances √† cheval (Rompez les lances¬†!), 7 coups de hache √† pied ou 12 coups d’√©p√©e √† pied par exemple.

On savait d√©j√† que l’objectif d’une joute/tournois n’√©tais pas de tuer son adversaire (les accidents √©taient pourtant courant). Il est int√©ressant de retenir ce syst√®me de points ¬ę¬†sportifs¬†¬Ľ pour mieux comprendre dans quel univers se placent des manuscrits comme le Jeu de la Hache (Ms Fr 1996) dans lequel la hache se pratique √† pied et dont le but est de marquer des points ou de sortir son adversaire de la lice.