go to link Pour le coût :

Dans deux planches de contreplaqué (240cm par 122cm) on peut faire 3 boucliers. (moins de 20euros la planche)

1 pot de colle à bois : 10euros (pour un peu plus d’un bouclier)

du tissus de lin : compté entre 5 et 10 euros juste pour la face extérieure

le cuir : soit en sangle sur des « marchés  meds » 10 euros de sangle ou plus, soit découpé dans des peaux de cuir entières (beaucoup moins cher si on a utilité du reste du cuir, compté entre 60 et 120 euros la peau en fonction de la taille).

De la peinture : 10euros le pot d’acrylique (on fait un peu plus que 2 boucliers avec un pot)

Plus tout le matériel supplémentaire : une forme à cintrer (à fabriquer soit même), une scie sauteuse, une lime, des sangles, de pinces…)

En grosse production et avec le matériel sous la main, un bouclier peu revenir à 30euros environs juste pour la matière première. Sinon on dépasse facilement les 60 euros de matière première pour un unique bouclier.

1° étape : découpe du contreplaqué

   Il y a  deux principales méthodes pour découper les boucliers dans le contreplaqué. Premièrement, des grands rectangles qui se cintreront plus facilement mais avec une perte de bois pour certains types de boucliers (comme les boucliers en amandes).

   Deuxièmement, découper directement la forme voulue (deux fois) sachant qu’il y à toujours une petite marge d’erreur (1à 2mm le plus souvent) sur les bords. Pour certains types de boucliers (en amande notamment) c’est la méthode la plus utilisée car on peut faire plus de bouclier dans une planche de bois en les dessinant en quinconce.

 2° étape : cintrage du futur bouclier

   Il faut commencé par mouillé le contreplaqué découpé (à la douche ou dans une baignoire) avec le pommeau de douche, plusieurs fois afin que l’eau entre dans le bois. Passer un coup d’eau tiède sur le bois trois fois d’affilé en espaçant les arrosages de 5min est un bon compromis afin de ne pas laisser tremper le bois (cela aurait pour effet d’abîmer la colle du contreplaqué).

   Ensuite, on place les deux couches contreplaqué sur la forme à cintrer et on les cintre ensemble à l’aide de sangles.

   On les laisse entièrement sécher. L’été, au soleil, le séchage peut se faire en 24h… sinon c’est plus long, jusqu’à une semaine devant un radiateur en hivers pour être sûr que le bois est bien sec.

  Dans le cas particulier de bouclier très cintrés, comme les boucliers de légionnaires romains ou de gladiateurs, il est recommandé de cintrer le bois une seconde fois « à vide » c’est à dire sans la forme pour guider le bois ou en ajoutant une poutre (jusqu’à 10cm par 10cm) pour réhausser la forme. Cela permet d’obtenir un cintrage très fort qui tiendra longtemps. Cependant, dans le majorité des cas de bouclier médiévaux ce second cintrage n’est pas nécessaire, et peut même provoqué un cintrage trop important et donc gênant pour le bas glissé en travers du bouclier.

cintrage3° étape : collage du contreplaqué

   Un fois le bois cintré et séché, on replace les deux couches de bois sur la forme à cintrer, mais avec la colle. On peut appliquer celle-ci au pinceau ou directement à l’aide du bec de certains pot de colle en faisant de longs et nombreux fils de colle. Le tout est à nouveau sanglé et séché. Il faut compté 24h pour un bon collage avec les colles à bois classique.

   Avec cette étape s’achète les longs temps d’attente et de faible activité. Sur la photo, j’ai tenter de collé mes deux couches de contreplaqué en même temps que finissait de sécher le second cintrage d’un autre bouclier identique. C’est le début du travail à la chaîne.

collage4° étape : finissions de la base

    Lorsque la colle est sèche, il faut sortir le bouclier de la cintreuse et recouper à la scie sauteuse les formes définitives. Il est très fréquents que les bords du bouclier ne correspondent pas à quelques millimètres près.

   De même, il arrive souvent que la colle n’ai pas pris sur tous les bords. Il faut alors injecter de la colle dans ces « creux » et les mettre à sécher en les pinçant bien.

    A l’aide d’une lime, ou d’une ponceuse, on doit arrondir les bords de tout le bouclier afin de ne plus avoir d’arêtes saillant dans le bois.

5° étape : Finissions du bouclier

    Maintenant, viennent deux étapes qui peuvent se faire dans l’ordre que l’on préfere et qui n’a d’importance que l’aspect final du bouclier.

L’entoilage :

On passe la colle à bois sur la surface du bouclier, puis on y dépose la couche de tissus (ou de cuir). En laissant sécher une heure l’été (parfois moins) on peut retourner le bouclier et continuer l’entoilage du dos. Pour cela on colle les cotés et les bords du dos ou alors on pose une couche complète de tissus derrière le bouclier.

La mise des sangles.

Pour les sangles, le mieux est d’utiliser du cuir de 3 à 4mm d’épaisseur, clouées ou rivetées dans le bois du bouclier.

Pour ce qui est des clous, à tête large, il suffit, après avoir percer le bois d’un diamètre inférieur, d’insérer une partie du clou dans le bois. Puis de le courber à 90° avec deux pinces, ou une pince et un marteau. Puis on place la tête sur une enclume (de cordonnier par exemple) ou sur un tas en bois afin de rabattre la pointe du clou dans le bois du bouclier à la manière d’une agrafe.

clous   Sinon le choix des rivets peut-être également intéressant. Pour cela, une solution consiste à prendre des boulons de volet (avec une base carrée) de 6mm de diamètre et de les introduire en force dans le bois après avoir percé un trou au diamètre du boulon. La tête ronde du boulon se place à l’extérieure du bouclier tandis que la tige, à l’intérieure, est coupée et matée au marteau. Là encore une enclume ou un tas en bois est nécessaire.

   Tout comme la forme initiale du bouclier, je vous laisse le soin d’étudier par vous même les fixations que vous souhaitez y mettre. Pour ma part, les derniers boucliers réalisés servent en AMHE, et devaient avoir la faculté d’être porter avec un T-shirt comme avec un gambison, le système d’attache c’est donc fait avec boucle.

sangle

Dernière étape : la peinture.

   Personnellement, j’ai eu de mauvaise expérience avec la peinture glycéro, et je n’ai jamais été déçu de l’acrylique. Pour ce qui est des couleurs et des motifs, c’est encore une fois à vous de gérer.

   En attendant que je trouve le courage de partager les plans de ma cintreuse, voici un très bon article des GMA : http://www.guerriersma.com/contenu/Telechargement/bouclier.pdf

   Bon courage et amusez vous bien !